mars 9, 2021

Le comportement de la Jaguar et de l’organisation socio-spatiale humaine

Le but de ce travail est double: (1) présenter un résumé d’une étude plus détaillée (Dillehay avec la collaboration de Kaulicke ND) renvoyé à une méthode éthologique pour analyser les caractéristiques iconographiques anthropomorphes et zoomorphes dans « l’art » préhistorique et offrir un exemple de l’application de cette méthode pour aider à expliquer le contenu et la signification d’une féline – l’art de Jaguar- dans l’art précolombien; et (2) Présenter un argument fonctionnel concernant une catégorie socioculturelle particulière des caractéristiques archéologiques andines. La justification de cette présentation fait partie de la conviction que (1) des archéologues ont traditionnellement une approche « artistique » ou une approche analogue de l’ethnographique ( Voir Greider, 1976) aux données iconographiques comme moyen d’interpréter ces formulaires plutôt que d’une approche écosystémique. C’est ce dernier, avec une approche plus naturaliste, qui devrait exemplifier ici. Les archéologues ont généralement négligé l’analyse formelle et la recherche des relations commensurmables entre la culture humaine et le comportement des populations d’animaux non humains (Rappaport, 1969).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *