janvier 31, 2021

La pilule: Dernières recherches sur ses effets

Contraceptifs IMG

Image: Matthew BOWDEN

oral Les contraceptifs, créés au début pour subir le contrôle des naissances, ont eu de ses défenseurs de débuts et de ses détracteurs. Ces derniers ont été soutenus par de nombreuses enquêtes visant une éventuelle relation entre la consommation de contraceptifs et la plus grande probabilité de développer le cancer. Maintenant, une nouvelle étude semble contredire cette théorie: la pilule protégerait de certaines formes de cancer, en fonction de la durée du traitement.

Image: Matthew Bowdenen 2005, la recherche internationale Agence dans le cancer (CIRC, dans son acronyme anglais), qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a admis que les contraceptifs hormonaux combinés (œstrogen-progestogènes), ceux de la plupart des utilisations communes, peuvent être cancéreuses pour leurs effets secondaires. On estime que 10% de toutes les femmes de l’âge fertile, une figure qui se traduit par environ 100 millions de monde, prennent ce type de pilules. Mais les experts ne sont pas d’accord sur leurs effets. Maintenant, deux études récentes soulignent qu’elles offrent plus d’avantages que des dommages-intérêts, tout dépend de la dose.

Les conclusions de l’étude

plus le temps d’utilisation de la pilule, plus le risque de cancer épithélial ovaire est réduit. C’est la conclusion de l’une des études, récemment publiée dans « Epidémiologie », qui ajoute également que pour chaque année qu’une femme prend une contraception orale, lui fournit une diminution de 5% de la possibilité de développer ce type de cancer.

L’enquête, réalisée par des experts de l’Université d’Hawaii (États-Unis), avec Galina Lurie comme auteur principal, collecte les données de plus de 1 800 femmes, 813 d’entre elles touchées par un cancer épithélial d’ovaire, pour une période de période de 13 ans. Comme suit des résultats, les femmes qui avaient pris la pilule en tant que méthode de contraception au cours d’une année avaient un risque plus faible de cancer de l’ovaire et, voire, cette protection a atteint trois décennies après avoir suspendu son utilisation. Il n’a pas influencé l’âge de la première et dernière grossesse en vigueur, ni combien d’entre eux n’avaient pas eu ou si elles étaient à terme ou à des naissances prématurées.

Les experts ne sont pas-ils d’accord sur leurs effets et maintenant deux études pointent à plus d’avantages que des dommages-intérêts, tout dépend de la dose

Cependant, les experts soulignent que le La diminution du risque n’est pas statistiquement significative chez ces femmes qui avaient pris la pilule mais pendant moins d’un an et au stade de l’adolescence. La Lurie assure toutefois que les mécanismes par lesquels des contraceptifs oraux protègent de ce type de cancer de l’ovaire sont encore inconnus. Il est donc nécessaire de rechercher davantage.

Ces données sont traitées avec les extraits d’une étude publiée dans le magazine  » Journal médical britannique « En 2007, effectuée par des chercheurs à l’Université d’Aberdeen (Écosse). En cela, les auteurs ont conclu, après avoir suivi la surveillance des données cumulées depuis 36 ans, passant de plus de 46 000 femmes avec des relations stables et d’un âge moyen de 29 ans, qui prennent la pilule pendant une courte période, le risque a diminué de 12% pour développer utérine, cancer de l’ovaire et du rectum. Bien qu’ils aient souligné qu’une minorité qui a pris ces pilules pendant plus de huit ans a subi un plus grand risque important – a 22% – pour développer toute forme de cancer, notamment utérine.

Cancer de l’ovaire

Ces tumeurs ovariennes peuvent être des caractéristiques très variées; Ils peuvent bien avoir une taille presque imperceptible comme étant développée afin qu’ils remplissent la cavité abdominale. L’épithélium – dans lequel le tissu qui couvre l’ovaire est affecté – sont plus fréquents (60% des cas), 75% d’entre elles de manière bénigne et 25% maligne. Les tumeurs bénignes sont plus fréquentes chez les femmes âgées de 20 à 50 ans et 20% des tumeurs bénignes affectent les deux ovaires.

La plupart des tumeurs malignes de l’ovaire (85% à 90%) sont épithéliales, qui sont épithéliales. généralement donné chez les femmes âgées. Certains cancers de ce type sont causés par des mutations de gènes hérités. Le cancer de l’ovaire héréditaire est d’environ 5% à 10% de tous les cas de cancer de l’ovaire. La probabilité de malignité dans une tumeur d’ovaire épithéliale augmente avec le nombre de zones solides présentes, y compris des structures papillaires et des tissus nécrotiques.

maladie inflammatoire pelvienne

Device IMG

<404E1314f2 "> APPAREIL IMG

Image: LOBILLO

Outre les supposés avantages des contraceptifs oraux, liés au risque plus faible de développer un certain type de cancer ou de ménorragie, inhabituellement abondante ou prolongée et prolongée Syndrome, chercheurs de l’équipe Daphne, groupe composé de sept experts de prestige reconnu dans le domaine de la gynécologie ont expliqué, profitant de la publication du livre « Avantages de la pilule », que les femmes qui prennent des contraceptifs oraux ont un risque plus faible de souffrance pelvienne maladie inflammatoire (EIP). Cependant, ils ont ajouté que les mécanismes de cette protection ne sont toujours pas connus.

EIP est un terme général utilisé pour faire référence à l’infection du tractual génital supérieur et que, généralement , c’est une conséquence d’une infection ascendante du cou de l’utérus, d’une infection sexuellement transmissible ou d’une infections polymetic liées à la vaginose – performance bactérienne.
Même si cette maladie est une cause importante de morbidité et peut causer une infertilité, il n’y a pas de données exactes de son incidence, car, souvent Il est présenté dans la sous-agent et la forme légère, ce n’est pas une maladie de déclaration obligatoire et il n’y a pas de critère de diagnostic bien défini.

Aucune méthode de contraception orale n’a tant d’avantages basés sur des preuves cinétiques garantissant à la fois Sa sécurité et son efficacité, ainsi que ses avantages supplémentaires, comme expliqué dans l’événement José Luis doyñas Díez, coordinatrice de la publication, chef de service d’obstétrique et gynécologie de l’hôpital universitaire vierge Macarena de Sevilla.

petite contraception en Espagne

Près de la moitié des femmes espagnoles pratiquent le sexe sans utiliser de méthode anticonceptr ou. C’est l’une des conclusions conclus par une étude menée par la Société espagnole de gynécologie et d’obstétrique (Sego). De même, les résultats visent également que 21% d’entre eux utilisent « l’interruption de cotitus » (troisième méthode la plus utilisée après le préservatif masculin et la pilule) de manière régulière, qui atteint 33% en ce qui concerne les adolescents. Les experts considèrent ces résultats. Trop élevé avec le risque qui en résultant, en plus des grossesses indésirables, souffrant de maladies sexuellement transmissibles telles que le sida. Pour cette raison, préconisent d’améliorer les informations fournies par les professionnels de la santé, en particulier des adolescents.

Tags:

Cancer Recherche Femmes Ovary pilule

Règles de publication des commentaires

Les commentaires de la consommation Eroski sont modérés pour assurer un dialogue constructif entre les utilisateurs, ils n’apparaissent donc pas immédiatement.

Nous expliquons quels critères nous continuons à publier des commentaires . Ces utilisateurs qui ne suivent pas ces n Ormas de cordialité ne verra pas vos opinions sur notre site Web:

  • Envoyez, s’il vous plaît, des commentaires visant à partager des opinions concernant les sujets publiés sur notre portail.
  • évite les insultes ou les disqualifications Pour encourager un environnement dans lequel tout le monde se sent à l’aise et libre, finalement, un ton qui encourage la participation.
  • Lorsque vous commencez, essayez de ne pas être répétitif. À cet égard, aucun commentaire utilisateur ne sera publié qui utilise d’autres profils pour influencer le même sujet.
  • N’utilisez pas ce canal pour annoncer le contenu commercial.

Consumer Eroski Il n’est pas responsable des opinions versées par les utilisateurs.

Eroski Consumer est un produit d’information de la Fondation Eroski. Tout commentaire sur la marque Eroski doit être dirigé vers le service clientèle Eroski.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *