mars 22, 2021

Deux ans de prison pour essayer de passer de la drogue à son mari emprisonné dans un Vis à la prison de Cáceres

Un chien formé par la protection civile pour détecter les drogues était celle qui l’a découvert quand À la mi-heure du matin du 14 juin 2018, une femme était au centre pénitenciaire de Cáceres pour conserver une rencontre visible avec son mari. Grâce à l’intervention du chien, il a été découvert que la femme portait à l’intérieur du vagin quatre achlistes, deux emballages avec une substance blanche et un enveloppement avec une substance ocre. Des substances analysées, il s’est avéré qu’il était de 35,6 grammes de résine de cannabis, de 1,2 gramme de cocaïne et de 0,75 gramme d’héroïne.

jugé au public provincial de Cáceres, il a été condamné à deux ans de prison et de payer une amende de 300 euros en comprenant que le médicament a adopté son mari avec l’intention d’être pour sa consommation et qu’il se consacre à lui permettre de vendre à d’autres prisonniers.

La peine était intimée avant la salle civile et pénale du Cour supérieure de la justice de l’Estrémadure, qui a confirmé la peine qui envisageait que la partie du médicament était de le vendre au détail au sein du centre pénitentiaire. La condamnée avait assuré que l’ensemble de la drogue était de la consommation de son mari, qui avait insisté sur lui en prenant la drogue en prison, ce qui lui donnait un visionnage. Compte tenu du fait qu’il a pris trois types de médicaments différents, il a déclaré que son mari consomme les trois substances, à la fois reniflant et à Porros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *